Elle me rend humain...

par FLORENT BABILLOTE  -  16 Février 2015, 08:17  -  #Article

Elle me rend humain...

Une allée de roses au bout,

les pages de ma prose,

un parc lumineux mon regard ténébreux ,

puis des courbes venues des cieux pour me rendre heureux,

un manège dans le centre de Rennes,

c'est là que j'ai pris les rênes,

d'une destinée entachée par tant de peines,

j'ai vu dans la foule, dans ce fourmillement,

son scintillement tel un diamant,

la solitude était ma maîtresse douce déesse,

puis j'ai croisé une lumière,

elle a marqué au fer rouge chacun de mes vers,

pour elle je changerais l'univers,

d'un coup de baguette magique je stopperais le terrorisme,

brisé par ce schisme,

je lui ai composé un roman,

sur les cendres du néant,

puis je suis devenu son amant,

aimant avant tout l'écriture,

sachez qu'elle est ma plus belle reliure,

elle stimule mes neurones,

sachant qu'ici bas le trône est un leurre,

c'est normal d'avoir peur,

tant d'amour c'est surnaturel,

dans ce monde superficiel,

son regard fait des étincelles,

lorsque je croise sa prunelle,

mon assurance vole en éclat,

avec perte et fracas,

je deviens humain,

je quitte mon côté hautain,

pour envelopper son regard satin,

mon côté mesquin s'évapore,

je peux enfin être moi sans avoir à porter cette armure,

qui parfois crée un mur,

entre moi et le monde,

je n'aimais que la pénombre,

les nombres et les fantômes,

puis j'ai sucombé à son phrasé,

sensuel et si cultivé,

avec ma femme je deviens humain,

lorsque je n'étais qu'une marionnette aux mains d'un démon sans nom,

la séduction de mes mots atteint Orion,

et boulverse mes idéaux,

je ne pensais jamais me marier,

par peur d'être abandonné,

puis elle a boulversé mon présent,

comment fait elle pour bousculer même le vent,

je n'avais rien, je voulais tout,

mon coeur était fermé par un verrou,

parfois j'étais fou,

souvent je vagabondais,

vivant à l'imparfait,

jamais satisfait,

puis ma muse m'a appris la patience,

vertu de l'intelligence,

ayant conscience que seule sa présence,

peut illuminer mon quotidien,

elle et son corps divin,

seules ses caresses apaisent ma tristesse,

merci de me rendre humain,

que cet ode soit un éternel refrain...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :