Ma solitude

par FLORENT BABILLOTE  -  1 Janvier 2016, 06:55

Ma solitude

Ma solitude est grande,

quelque part dans les méandres,

ma solitude est infime,

comparée aux abîmes,

que j'aime ma solitude,

perdu sur le vent de Neptune,

souvent je suis dans la lune,

j'aime me réveiller tôt le matin,

sentir l'odeur des sapins,

je ne sais pas où mène mon destin,

peu importe le chemin,

sinueux, vertigineux,

ou bien linéaire sur les traces de mes pairs,

souvent je me sublime,

pour atteindre la cime,

j'ai encore pleins de versets,

quelque part dans le creux de mon reflet,

aujourd'hui je suis perdu,

seul dans le coin de ma rue,

il est tôt,

il est déjà peut être trop tard,

je me questionne sur mon art,

quelle direction emprunter,

lorsque je suis épuisé,

je n'ai plus cet allant,

simplement aujourd'hui j'écris comme jamais auparavant,

je me laisse porter par ce vent,

venu d'Orient,

Ma solitude est un temple,

dans lequel mes écris sont cachés,

ma solitude ma destinée,

mes écrits sont cryptés,

puis j'entrevois la lumière de l'astre stellaire,

elle inspire l'ardeur de mes vers,

je deviens moins amer,

mon paysage s'éclaire,

les nuages laissent place à l'azur,

ma plume devient caresse,

portée par l'allégresse,

j'étais fantomatique,

guidé par un allant nostalgique,

ma solitude me quitte,

comme une maîtresse prendrait la fuite,

j'arpente les ruelles de Rennes,

serein car je sais qu'à mon retour,

quelqu'un sera là,

veillant sur moi,

bercé par son regard,

où lorsque l'art porte l'espoir,

ma femme, mon miroir,

me permettant d'entrevoir,

une autre façon de voir...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :