Un jour le vent s'en est allé...

par FLORENT BABILLOTE  -  2 Octobre 2016, 19:00

Un jour le vent s'en est allé...

Un jour le vent s'en est allé

la tempête avait cessé

mon cœur comme ranimé

un jour la pluie a coulé

elle s'est blottit dans mon âme

comme des petites larmes

une nuit mon rêve s'est envolé

dans les artifices des idées sclérosés

une nuit j'ai tellement pleuré

j'étais enfant, pas encore conscient

que la vie c'est le vent

la vie est un courant

la vie c'est savoir prendre les tournants

naif, la tête dans la lune

avec mes cheveux couleur prune

je sortais des dunes

j'ai attrapé un rhume

puis j'ai grandi, mûri, meurtri par une symphonie

en dent de scie,

une étrange poésie vogue depuis...

Le lendemain j'ai vu l'espoir

il se conjuguait avec le savoir

j'ai vu le soleil irriguer la planète

j'ai vu les humains torturés par leurs quêtes

j'ai vu tant de choses

du haut de ma prose

prosaique est ma rhétorique

synthétique mon propos allégorique

bientôt la nuit reprendra ses droits

et moi et moi et moi

je serais Roi de mes propres lois

j'ai depuis ce jour trouvé ma voie

quelque part dans ses bras..

le soleil se couche toujours la nuit

le lendemain, la lumière et l'espoir forment un croisant de poésie

la lune irrigue la terre de sa lumière

Enfin je suis sincère

je voudrais être un satellite

autour duquel gravite

mes idéaux et l'écho de la raison

ma femme et le son aigu du piano

je ne suis qu'un humain

homme malsain

un jour, le lendemain,

tout se confond

peu importe d'avoir raison

ce qui compte c'est d'admirer les saisons...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :