Ma très chère terre !

par FLORENT BABILLOTE  -  22 Octobre 2017, 19:19

 

La nuit virevolte dans ma grotte,
bienvenu à toi mon hôte,
perdu entre le chaos et mon côté ado,
le soleil de mon esprit irradie ma peau,
sous ses notes de piano,
la nuit comme jadis la pluie,
effleure mon esprit,
la poésie c'est l'acmé de  ma vie,
je contemple le paradis,
conscient qu' ici bas tout est éphémère,
l'homme est trop amer !

 

ma très chère terre ,
je t'adresse mes prières,
ma très chère terre,
tendre chimère,

 

ma très chère terre,
comment faites-vous pour accepter l'être humain,
il se plaint sans cesse en vain,
sans se rendre compte de sa chance,
c'est peut être notre ultime danse,
mon regard est profond,
comme l'horizon,
ma voie fragile,
manque de style,
mais mon style jamais versatile,
habile et surtout agile,
vous guide vers un ailleurs,
quelque part dans les tréfonds de mon coeur,
une contrée éloignée, bercée par la féminité,
l'écriture, ma tendre presqu'île,
tendre maitresse,
est consciente de ses faiblesses,
tout comme la terre est une déesse,
dès plus fragile,
l'homme part en vrille,

 

Ma très chère terre,
je t'adresse mes prières,
Ma très chère terre,
tendre chimère,

 

l'humain écrase son destin,
comme une vipère sort son venin,
nous sommes si loin,
de dame nature,
comme une armée de ratures,
comment s'élever,
dans ce monde désenchanté,
où seul compte le profit,
l'art est un sursit,
un voluptueux défi,
afin d'exprimer un ailleurs,
notre monde est un leurre,
je préfère pénétrer dans la matrice de mes vers,
certes amers mais clairs,
comme l'eau,
dans laquelle baignent mes idéaux,
je suis si différent,
mon monde est un tournant,
quelque part entre raison et folie,
entre silence et errance,
j'ai tellement de chance,
l'écriture me permet de m'exprimer,
sans me sentir menacé, épié et surtout jugé,
très chère terre,
croyez vous en la froideur de l'enfer ?
moi je crois en la chaleur de cet air,

 

puis un léger vent,
brise le silence de l'instant,
mes vers sont moins pesants,

 

ma très chère terre,
je t'adresse mes prières,
ma très chère terre,
tendre chimère...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :