Il rêvait grand...

par FLORENT BABILLOTE  -  31 Juillet 2018, 04:31

 

 

 

Il se rêvait grand, 

nain parmi les humains, 

lui tendrez vous la main ?

Il se rêvait grand, tellement grand ,

nain parmi les humains,

il a apprit en serrant tant de mains,

qu'un homme n'est grand que par son talent !

il se rêvait grand...

 

 

Bonjour je m'appelle Zola,

non pas comme l'écrivain Emile Zola, juste Zola,

je suis celui qu'on ne voit pas,

trop petit, trop lent, trop absent,

pourtant je suis bien là,

la société ne veut pas de moi,

Enchanté comment allez vous ?

pas de réponse, j'ai l'impression d'être un petit clou,

abandonné sur le sol à coté d'un verrou,

qui veut bien ouvrir ce stupide verrou,

qui nous menottent,

personne ne possède la clé ?

même pas une petite fée,

je suis une petite note,

enfermée dans une grotte,

ma patrie aime ce qui brille,

je ne suis qu'une petite brindille,

scintille scintille mon aura,

personne ne semble voir mon karma,

ma vie c'est la tempête,

sûrement pas la fête,

j'aurais pu être prête,

je sais écouter, dorloter, tempérer et même consoler,

désolé je dois faire pitié,

mais qui me console moi

sûrement pas vous...

on me prend parfois aussi pour un fou,

pourtant moi aussi j'ai un toit,

j'ai juste trouvé ma voie,

issu d'une famille ou seule la réussite était prônée,

comme une destiné,

abjecte, infecte,

j'ai parfois l'impression d'être un insecte,

pour réussir il faut d'abord apprendre à échouer,

puis se relever,

je suis un échec,

pourtant je sais jouer aux échecs,

un jour j'ai même battu un Grecque,

je ne vais pas à la Mecque,

la religion me fait peur,

j'ai parfois l'impression d'être un leurre,

comment exister,

je suis celui qui passe devant vous sans se faire remarquer,

d'ailleurs je viens de passer,

bande d'aveugles vous m'ignorez,

et pourtant et pourtant ! J'ai tant de talent,

donner moi un piano,

et je ferais grimper le rideau,

celui de vos pseudo idéaux,

je suis avant tout humain, 

j'aimerais parfois juste tendre la main,

et que quelqu'un,

me prenne dans ses bras,

sans que je ne sois considéré comme un aléas,

je ne suis qu'un humain et pas juste un vulgaire nain,

alors pourquoi ces regards hautains ?

 

 

Il se rêvait grand, 

nain parmi les humains, 

lui tendrez vous la main ?

Il se rêvait grand, tellement grand ,

nain parmi les humains,

il a apprit en serrant tant de mains,

qu'un homme n'est grand que par son talent !

il se rêvait grand...

 

 

Je connais le refrain...

un refrain pour un tendre nain,

à force de mal-être,

j'ai oublié d'être,

je pensais petit, parce qu'on m avait conditionné,

vous savez, 

ce genre de phrase inlassablement répété,

"tu n'y arriveras jamais", 

ma taille c'était tout ce que mon père voyait,

son regard exprimait la honte,

alors j'ai commencé a soulever de la fonte,

pour qu'on me remarque,

je voulais être Monarque,

ou bien Socrate ou pourquoi pas Aristarque,

je ne suis que Zola,

un nain avec du Karma,

un homme qui se rêve "grand"

sans pour autant être vociférant,

La société ce gourou,

voulait me mettre a genoux,

Puis j'ai compris que ma rancœur,

nuisait à mon esprit qui avait juste peur,

peur d'être accepté,

après tout je n'étais pas habitué,

peur lorsqu'une fille m'a serrer dans ses bras,

peur lorsque mon père pour la première fois,

fut fier de moi,

j'ai compris qu'un homme n'est grand que par son talent,

et sûrement pas par le vent,

que font certains...

tu connais le refrain !

j'ai vu Prince soulever les foules,

roule roule,

mes idées dans un cratère de sincérité,

ou tout est bousculé,

comment devenir grand,

sans forcément rentré dans le rang,

sûrement pas par ma taille,

peut être en acceptant mes failles,

nain parmi les humains,

tel est mon destin,

je suis à part entier, 

un homme entier,

parfois efféminé,

toujours le regard vers la voie lactée !

 

Il se rêvait grand, 

nain parmi les humains, 

lui tendrez vous la main ?

Il se rêvait grand, tellement grand ,

nain parmi les humains,

il a apprit en serrant tant de mains,

qu'un homme n'est grand que par son talent !

il se rêvait grand...

 

Ah vous me répondez au final,

la politesse me tend les bras, il est tend de lever le voile,

c'est que ma taille n'est plus la quête du Graal,

ma rancœur à disparue,

dans un Chu,

je suis devenu moi même,

lorsque jadis je désirais être un autre guidé par sa haine,

ma haine m'avait enchaîné,

mes vers sont torsadés,

j'étais ce qu'est la lave est au volcan,

un homme sans la vibration de l'océan,

j'étais si noir, aujourd'hui je suis Zola,

fier de ses aléas,

puisqu'ils ont fait de moi,

un homme, pas un surhomme,

si je suis juste une petite pomme,

tombé pas si loin de l'arbre vert,

c'est sûrement que mon âme est devenu plus claire,

claire comme l'eau de la mer,

claire comme le regard de mon père,

aujourd'hui je ne rêve plus d'être grand !

simplement d'être un être humain différent,

et parfois attachant...

 

Il se rêvait grand, 

nain parmi les humains, 

lui tendrez vous la main ?

Il se rêvait grand, tellement grand,

nain parmi les humains,

il a apprit en serrant tant de mains,

qu'un homme n'est grand que par son talent !

il se rêvait grand !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :