La vie est lumineuse !

par FLORENT BABILLOTE  -  3 Juillet 2018, 18:49

Si la vie est lumineuse,
c'est que la mort est brune,
même pour celui plein de tunes,
La vie est lumineuse,
oh que mon âme est chanceuse,
la vie est lumineuse, lumineuse !

 

Je pensais que les âmes étaient noires,
c'est mon esprit qui n'avait plus de phare,
tard tard dans la nuit je voguais sur les rives de ma plume,
trop d’amertumes et trop d'auto-tunes,
mon écriture était une forme de rhume,
aujourd'hui tout est différent,
je vis le moment présent,
sans me laisser vampiriser par le passé ,
ou même un futur trop formaté,
dorénavant je crois en l'être humain,
lorsque pour moi l'homme était par nature malsain,
c'est un revirement de jurisprudence,
prudence, prudence, mon écriture rime avec errance,
et même si mes vers devaient mourir demain,
j'aurais accompli plus que mes mains,
pensaient pouvoir faire,
tout est clair,
mes vers couleurs chair,
filent comme l'éclair,
et transpercent le monde,
la terre n'est pas ronde,
je pensais qu'elle était immonde,
puis j'ai vu la beauté dans un parc suranné,
j'ai vu la beauté dans le ciel bataillé,
pour capter notre attention,
ce n'est pas de la science fiction,
l'homme est certes un loup pour l'homme,
il existe toutefois tant de belles choses,
à voir dans le vertige de nos proses,
grimper une montagne,
faire tout simplement sourire une dame,
avoir des larmes de gratitude,
avoir le sens de l'altitude,
et surtout avoir la bonne attitude,
question d'habitude,
échouer c'est réussir,
car échouer c'est parfois aussi grandir,
je ne cherche plus à me fuir,
la société a tant à m'apporter,
c'est un chaos ordonné,


Si la vie est lumineuse,
la mort est brune,
même pour celui plein de tunes,
La vie est lumineuse,
oh que mon âme est chanceuse,
la vie est lumineuse, lumineuse !


Tout prend sens, 
pour celui qui pense,
tout devient rien,
pour celui qui comprend son prochain,
sans jugement sans faire semblant,
simplement avec de l'empathie,
l'oiseau s'éloigne de son nid,
grandi grandi,
sur le chemin de la vie,
puis l'oiseau retourne voir ses proches,
emporté par le vent entre les roches,
la grande cloche,
sonne résonne détone,
l'orage tonne
la pénombre gronde ,
la pluie esquinte le monde ,
dehors tout semble maussade,
pourtant mon inspiration n'est pas en rade,
la société éclaire mes vers,
c'est une muse qui a tout pour me satisfaire,
imparfaite, pas toujours juste ,
il suffit de bomber le buste,
telle une statue,
être fort pour résister aux assauts de la rue,
finalement, la société est un être humain,
à l'image de son créateur,
parfois malsaine, terriblement humaine,
souvent elle se comporte en Reine,
toujours elle retrouve l'équilibre,
car l'homme est libre...
libre de vivre,
libre de fuir,
libre de lutter,


Si la vie est lumineuse,
la mort est brune,
même pour celui plein de tunes,
La vie est lumineuse,
oh que mon âme est chanceuse,
la vie est lumineuse, lumineuse !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :