Ma rime !

par FLORENT BABILLOTE  -  2 Mars 2019, 15:15

 

D'un regard transcender même l'art,

d'un coup d’œil savoir que c'est toi,

l'unique femme faisant de moi un Roi,

d'un regard, car transcender c'est croire !

 

 

D'un regard je pourrais tomber amoureux,

d'un regard être à nouveau heureux,

sans savoir pourquoi,

juste parce que j'ai envie d'être dans tes bras,

dans ton regard je vois tant de choses,

oxymore prose,

tendre rose,

tendre métamorphose,

tendre petite chose,

ma rime où la magnificence d'une rose,

la plénitude, la mélancolie, la poésie,

de celle qui sait que la vie,

peut être un combat,

de celle qui me fixe tout droit,

dans ton regard je suis Roi,

avec ce sourire si féminin,

qu'il délaisse mes soucis au loin,

ma rime résonne même en Chine,

elle traverse l'océan tel un hymne,

c'est comme un refrain errant,

prenant et vibrant,

un tableau tout blanc,

vestige du temps,

abstrait est le vent,

mes sentiments sont entrelacés,

dans les délices de ta féminité,

qui passe qui nous enlacent,

dans tes bras je trépasse,

mes vers s'embrasent,

un feux ardent embrasse,

ma poésie, toi irrésistible mélodie,

ma rime, l'absolue poésie,

ma rime, mon hymne,

mon écriture peut aussi être fine,

 

( Refrain )

 

 

D'ordinaire les gens me laissent indifférent,

d'ordinaire les gens c'est le vent...

c'est comme si mon cœur battait à nouveau,

comme si mon écriture vibrait tel un piano,

crescendo...

façon falsetto,

j'étais en mode solo,

moi et mon égo,

moi et le dragon,

je crachais des vers pas beau,

voguant tel un oiseau,

sur les notes de ma vie,

le spleen m'avait envahit,

ton âme a ressuscitée mon envie,

puis j'ai appris à regarder de nouvelles mélodies,

j'ai réappris à rencontrer, à m'intéresser,

ma vie pourrait être un compte de fée,

de toutes les mélodies que j'ai croisé,

toi seule m'a bouleversé,

dans ton regard j'ai vu tant de chose,

la tristesse, la force, et ton écorce,

viens je t'emmène en corse !

où au crazy horse,

viens dans mes bras,

je te cajolerais tel un petit chat,

miaule de bonheur,

j'ai jeté ma rancœur,

lorsque nos cœurs se sont rencontrés,

voyage au centre de la voie lactée,

tu ne sera plus jamais seule,

je t'écrirais des recueils,

j'irais cueillir le matin des vers,

s'il faut même dans l'ardeur du désert,

je serai autre s'il le faut,

je travestirai mon écriture,

même les reliures,,

c'est une déclaration d'amour,

pas besoin d'être en haut d'une tour...

un pacte solennel,

veux tu être mon hirondelle ?

dans ton regard je faiblis,

ton iris annonce l'autre monde,

toi plus belle que la Joconde,

la fusion de nos cristallins,

me fait peur tôt le matin,

peur d'être déçu,

jadis mes vers étaient reclus,

dans un coffre, mon esprit...

aujourd'hui tu es ma symphonie,

j'ai envie de partager cette folie,

comme si j'étais aimanté,

ceci est bien plus qu'un comte de fée,

attiré inexorablement vers toi,

c'est une épreuve de foi,

 ma rime, sans toi,

mon écriture n'a pas le même éclat,

Si ma poésie devait se résumer,

il me suffirait de te regarder...

dans ton regard, je vois tant de choses,

dans ton regard, je vois tant de choses,

dans ton regard, je vois tant de choses...

 

D'un regard transcender même l'art,

d'un coup d’œil savoir que c'est toi,

l'unique femme faisant de moi un Roi,

d'un regard, car transcender c'est croire !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :