Mon univers...

par FLORENT BABILLOTE  -  9 Septembre 2019, 13:22

 

 

​​​​​​

Univers, dans une multitude de vers,
Multivers, sincère, j'erre dans la purplesphère,
Bienvenue en enfer, croisons le fer !
Dante avait raison, ici bas, victime d'un système nébulaire,
Ici bas, qui est vraiment sincère ?
Ici bas, je ne vois que des pervers,
j'en perds mes vers...
Les feuilles de l'automne s'écroulent par pairs,
La pluie sonne faux, tout comme nos idéaux, le soleil tout là haut, ne sait plus quoi faire,
j'ai pas l'air,
mais mon oxygène c'est mes vers,
ils sont ma matière,
ils voguent dans un système crépusculaire,
Je ne suis qu'antimatière,
j'ai mes écouteurs et cette musique avec cette rythmique si fière,
comment faire pour vous satisfaire ?
je ne sais pas faire,
tout ce que je sais c'est que j'aime plaire,
ma musique c'est comme changer de tunique, sans musique c'est le désert,
j'aime pas les desserts, tout ce que je veux c'est aller vers,
vers un ailleurs en forme de candeur, vers la lumière stellaire du Caire,
l'homme écrit pour fuir le quotidien, certains ne manquent jamais d'airs,
mes vers c'est ma chair,
j'ai pas eu d'enfants, mon écriture c'est ma terre,
ma matière première, mon écriture cette mère,
aimante, souriante qui vous enlasse comme les bras d'un bon père,
je respire l'air pur et parfois dur de ma sphère,
puis mes rimes agiles deviennent versatiles,
habile face au micro, mes vers sont ma presqu'île,
sphérique, relique, mon écriture pique,
je la construis briques par briques,
ya pas de hic,
même si j'ai toujours le mic,
et tous mes tics,
la vie c'est une expérience,
parfois j'entre en transe
je suis un homme de sciences,
et même si la pluie ne coule plus,
et même si dorévavant le soleil berce mes rues,
j'irai toujours voir là dans le creux de mon âme,
conscient que l'homme n'est qu' équilibre,
quelque part entre peine et solitude,
entre neptune et la lune,
entre doute et confiance,
l'ultime errance,
entre amour et défiance,
c'est l'histoire d'un type qui ne veut pas que demain soit sa dernière danse,
viens je t'emmène sur les dunes,
pas besoin de tunes,
ferme les yeux et tu seras à nouveau heureux,
comme jadis l'enfant qui a fait un vœu,
j'étais dans l'abîme puis j'ai découvert les rives,
jamais ivre, jamais suivre,
choisir sa voie, écouter sa petite voix,
tel est mon choix,
sans me soucier des aléas,
du regard de la société,
ici bas tout n'est que préjugés,
j'ai délaissé les journaux tv et son lots de fausses informations,
pour être centré sur l'action,
réaliser mes rêves, c'est l'histoire d'Adam et Eve,
bienvenue, je suis en trêve !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :