Voyager près des oiseaux...

par FLORENT BABILLOTE  -  25 Février 2020, 06:06

 

 

J'ai toujours visé haut,

quelque part entre mes soubresauts,

je voulais juste côtoyer les oiseaux,

tutoyer mes idéaux,

profiter de la quiétude au dessus des monts,

ma vie n'a pas été un long fleuve tranquille,

parfois je suis parti en vrille,

attiré par ce qui brille,

si la lumière scintille,

la sincérité est fragile,

l'amitié volatile et parfois m'obnubile,

comment faire pour avancer,

sans dénigrer le passé,

le passé est passé,

le présent est efféminé,

le futur c'est la voie lactée,

j'irai là où mènent mes vers,

qui sait, jusqu'à la stratosphère,

pour ce faire, j'ai un plan,

j'avance sans jamais rentrer dans le rang,

chaque jour je progresse,

lorsque certains tergiversent,

parfois je régresse souvent mes vers transgressent,

mon écriture est transgenre,

elle m'envahit encore et encore,

j'ai ouvert la boite de pandore,

la vie est parfois hardcore,

l'univers n'est pas assez grand,

seul le multivers chasse le néant,

j'ai commis tant d'erreurs,

sol pleureur,

mes vers poussent comme des roses,

ils sont ma chose, mon oxymore prose...

mon écriture est une fleur qui a été trahie,

écrire c'est une question de survie,

écrire c'est comme composer une mélodie,

cela m'apaise, et rend mon atmosphère respirable,

c'est comme lire une belle fable,

installé aux jardins d'érables,

le monde est si beau,

pour celui qui sait voler tel l'oiseau,

le monde est si beau,

pour celui dont la perception n'est pas brisé par ses idéaux,

c'est une belle journée,

une lumière se couche sur mes vers,

elle irradie de sa poésie ma chair,

dehors le soleil se lève,

où est passée Eve ?

j'ai toujours visé haut,

conscient que de tout là haut,

l'humanité parait désuète,

mon écriture fluette,

mes vers hurlent telle une trompette,

ils annoncent un nouveau départ,

viser tout là haut,

c'est voyager près des oiseaux...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :