INTRODUCTION :

par FLORENT 3121  -  16 Octobre 2011, 13:57  -  #OBSCURhttp:--srhtthp:v06.E-CLARTE : Schizophrénia.

 

 

 

 





Florent Babillote

 

Obscure clarté

Autobiographie







 

 

 

 

Lien pour acheter votre livre : link

 

 

 

Tic tac, tic tac, tic tac, regarde ta montre. Il est l'heure de faire face à ton destin. Rien de mieux pour cela que d'observer ce livre épousant les formes de cette modeste étagère pleine de poussière…

 

Comment oses-tu ouvrir ce bouquin, comment peux-tu poser ton regard sur ce feu brûlant ? Va-t-en, ferme ce livre et oublie tout cela.

 

Quoi, tu persistes et signes ? Qui es-tu pour oser me déranger dans ma terrible demeure ? Sache qu’ici, c’est l’antre de mon cœur. N’oublie jamais que la dernière personne à avoir tenté pareille entreprise est morte d’une fracture nette de l’œil droit ! Pour pénétrer dans mon humble palais, il te faudra oublier ta vie, me donner ton esprit, devenir une mélodie. Ici tout est question de poésie.

Tu as mis entre tes mains cet ouvrage mais ce sont mes tripes que tu viens de mettre à jour. Écoute-moi, je ne suis pas celui que tu crois, encore moins celui que tu vois... Qui suis-je ? Un jeune homme ivre de rhapsodie, un être différent mais si commun, un petit rien. Mon destin c’est d’écrire, de faire lire, la pluie tombe sur mon écriture, j’ai fini de jouer les durs. Qui suis-je ? Un attardé intelligent qui, depuis dix ans, n’ose pas prendre sa plume. Pourtant j’ai traversé le silence des dunes. Combien de fois ai-je voyagé grâce à toi, combien de fois, seul devant mon bureau, j'ai sculpté des montagnes de mots ? Qui suis-je ? Simplement un crayon triste, une ancre qui s’efface peu à peu, une page pleine de ratures, de boursouflures. Un être humain bousculé par ses maux, un mec qui aime les mots.

Avant d’écrire ce recueil j’ai commencé par dessiner des poèmes. À l’époque j’étais guidé par la haine, l’époque NTM. Ce que j’aime c’est la différence, la normalité m’épouvante, je suis effrayé par la réalité, je vis dans un monde caché. Qui suis-je ? Un archéologue de l’écriture, un astrophysicien des vers, une toile avide, j’attends que l'on me lise, j’attends que l'on m’élise. Mes écrits sont éternels, ils sont le reflet de mes chimères.

Es-tu prêt pour un périple au centre de mon cœur, es-tu prêt à pénétrer l’obscure clarté de mes pensées ?

Qui suis-je ? Un destin peu anodin, un concentré de venin, si je mourais demain, sache que tu serais invité au festin. Ma vie est de transcrire des émotions, écrire, c’est mourir sans cesse, se reconstruire. J’observe sans relâche le monde, je décris nos gestes dans mes textes. Mon œuvre c’est aussi la tienne, ma prose reflète l’osmose de mes frères qui osent. Ma tristesse est sans limite, le monde est en faillite.

Qui suis-je pour juger ? Simplement le fils d’un militaire, quotidien stellaire. Je n’en ai pas l’air mais je respire grâce aux lettres, mon être tout entier est guidé par cet oxygène. Mes vers, c'est comme s’évanouir. Subtil élixir. Qui suis-je, peut-être un artiste en devenir, juste une dernière satire. Rien n’a changé même si tout m’est étranger. L’obscure clarté, c’est la lumière qui se tapit dans chacun de mes vers. L’obscure clarté, c’est contempler le noir de la voie lactée, faire face à sa destinée. Le soleil se couche sur mes vers. Est-ce la fin de l’inspiration ou le commencement de toute création. Suis-je issu d’une autre constellation ?

 

Tic tac, tic tac, l'horloge universelle scinde le temps. Le verrou du néant broie l'instant présent. Soudain la sclérose paralyse la rose de ma plume. Dois-je me contenter de ce style poétique, ou dois-je gommer mes versets satiriques ? À cette question métaphysique, je réponds par la rhétorique, je ne suis rien même si je suis tout au yeux des miens. L’obscure clarté, c’est avant tout lorsque j’ai été frappé par la maladie, lorsque tout a basculé ! Seras-tu capable de me suivre au plus profond de la folie ? Bienvenue au pays des fous, ne vois-tu pas en moi l’ultime gourou...

Un ami égaré m'a inculqué les rivières de Voltaire, les poèmes de Baudelaire gravés dans l'édifice de la chair. Depuis ce jour où son souffle a quitté le mien, j'erre à la recherche de cet homme pas comme les autres. Ce personnage mystérieux m'a permis de bâtir le squelette de ce livre, l'obscure clarté, ce sont mes derniers pas de danse, peut-être ma dernière chance de vous guider vers la transe.

 

Tic tac, tic tac… le compte à rebours a résonné.

Seras-tu capable de m'accompagner lors d'un voyage qui débute en Afrique et qui finit sur un banc public ? Seras-tu prêt à naviguer dans une dimension inconnue, quelque part entre solitude et exaltation, entre romance et faillite mentale ? Ce livre est avant tout une histoire d'amour. Celle du crépitement de mes vers au contact de sa chair.

Sache que ma dernière rime sera forcément pour toi, lecteur. L'ultime candeur c'est de partager son cœur...



 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :