L'évêque et sa cathédrale

par FLORENT 3121  -  21 Novembre 2011, 16:04


une cathédrale s'invite dans mon esprit

des statues se jouent de ma vie

une pyramide détourne les préceptes de ma poésie

un évêque m'a fait sortir de ma léthargie

 

je ne suis qu'une goutte de pluie

douce nostalgie

un évêque vétu d'une aube d'archange

moi et mes pages blanches

 

les ailes du destin

curieux refrain

un orgue hurle son amertume

je ne suis pas né sur le bitume

 

des notes de musique fulminent dans l'atmosphère

le regard de l'évêque est lunaire

il regarde le firmament

et tous ces gens qui font semblant

 

son sermon est sa vocation

celle d'ériger ses idéaux

en lettres capitales

lorsque le monde va si mal

 

l'homme de blanc vêtu

la richesse spirituelle à porté de vue

je suis aux abois

capitaliste, individualiste

j'avais perdu la foi

omnubilé par cet enchevêtrement de lois

 

l'évêque et sa cathédrale balaient mes certitudes

cette foule qui vient chasser la solitude

la sculpture d'un autre esprit se dessine au loin

ai- je choisi le bon chemin ?

 

Je ne suis rien

juste un arlequin

un égoiste sans loi

un vaniteux sans foi

l'évêque et sa cathédrale

le râle de mon teint pâle

le froid de mon âme sans arme

 

un sursaut s'opère dans mon cerveau

je suis pas encore dans le caniveau

le bastion de mes vers enraciné dans la fiction

 

et si je laissais tout tomber

retrouverais-je ma tendre destinée ?

j'irais demain prendre ma valise à l'aurore

ma prose éclore dans un jardin de remords

l'évêque m'a tendu la main

ai-je encore assez faim ?

 

la valse de mes préceptes

adepte d'un monde aseptisé

je ne sais plus quoi penser

l'évêque ne fait que me guider

l'espérance est violente

ma déchéance omnipotente

 

 

une excitation monte crescendo dans mon esprit

celle d'un homme qui va tourner le dos à son ancienne vie

 

suis-je une ordure ?

La société m'a élevé dans le profit

est- ce un crime de suivre son éducation

je vais trahir mon intellection

 

dans ce tourbillon je ne vois plus clair

pourquoi cette route hautaine ne veut pas me laisser les rênes

l'apocalypse résonne

mes certitudes sonnent façon atone

xénophobe est ce monde fantôme

 

la remise en question

l'évêque et la raison

la religion des maux

je me ferai martyr pour aspirer à un meilleur avenir

soupir, soupir, je n'ai plus la force de mes satires....

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :