LA PLUIE DE MON ECRITURE

par FLORENT 3121  -  23 Août 2010, 05:08  -  #OBSCURhttp:--srhtthp:v06.E-CLARTE : Schizophrénia.

 

 

 

 

je suis une ordure

je suis une armure, un mur infranchissable

Venez à ma table

affable je suis pour la poésie je vis

je m'assourdis de musique

pathétique

j'augmente le volume pour ne pas me retrouver en face de mon caméléon de cerveau

la pluie de mon écriture

c'est comme le soleil sur les dunes

la pluie de mon écritures

les ruines de mes blessures

je suis un homme torturé par d'irrésistibles pulsions littéraire

amer je tente de rester sincère avec moi même

comment faire lorsque le doute me terrasse chaque jour qui passe

j'aimerais être une gomme pour effacer mes erreurs passées

toutefois je ne suis qu'un stylo à l'ancre indélébile

un homme versatile

sur les creux de son cœur

j'irais déposer des fleurs

sur la tombe de mon âme

je veux des larmes

pourtant je n'aurais peut être que des artifices

des pleurs de façade

laisserais- je une trace dans ce monde fait d'impasse

la pluie de mon écriture

ou lorsque je chasse cette ordure qui sommeil dans chacun de mes vers

cette part d'ombre qui me détruit

je ne suis pas d'ici

je suis une petite poésie

un type en sursis

un type pour qui le mot vie ne veut plus rien dire

étrange sir

je dois passer a autre chose

telle est ma prose

j'aimerais changer de costume

être un héros l'espace d'un jour, d'une heure , d'une minute

mais je ne suis qu'un petit air de flûte

un type qui tente d'éviter la chute

mes sentiments troublants me sauvent parfois du néant

le présent m'ennuie seule cette mélodie me séduit

irréel est mon esprit

fractale ma poésie

la pluie de mon écriture

le feu de mes ratures

l'essence de ma cure c'est d'écrire pour ne pas mourir

déposer des vers éphémère

puis se reconstruire pour ne plus se nuire

la nuit de ma poésie véhicule une intrigante mélodie

une symphonie perverse dans laquelle les notes se battent en duel

superbe est mon esprit tout comme cette étrange bruit qui coule sur mon écriture

fou je suis

j'aurais aimé être un gourou moderne

un musicien hors pair

je ne suis qu'un homme fait de chair

je me déçois sans cesse

je régresse,

mon allégresse transgresse ma détresse

je n'ai plus d'inspiration

mon stylo bute sur les mots

que puis je faire tout là haut

mon cerveau n'en fait qu'a sa tête

frêle est ma poésie

sans propos ma mélancolie

la nuit je fuis ce monde qui m'attend

la nuit je tombe dans la pénombre des gens

de faux semblant

d'apparence de mal chance

je danse avec les mots

et ces lumières qui me font perdre la tête

je suis en éternelle quête

la pluie de mon écriture

ou le silence d'une ordure...

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :