LE SILENCE DES DUNES.

par FLORENT 3121  -  13 Avril 2011, 10:51  -  #OBSCURhttp:--srhtthp:v06.E-CLARTE : Schizophrénia.

 

 

 

 

 

 

J'ai épousé les formes de la solitude

j'ai tutoyé le silence des dunes

Mais sache que tu sera toujours ma plénitude

Celle qui me fait voyager sur Neptune

 

Une absence, un long silence

un départ, toujours garder l'espoir

Le noir de l'instant

la magie du présent

Nous nous sommes quittés dans une symphonie de pluie

comment faire sans toi

comment vivre sans mon alter égo

tant de maux

une trompette résonne au loin

elle crache son destin

une trompette résonne au loin

elle annonce mon déclin

Je suis si seul sans toi

je ne suis plus Roi

j'ai peur de dépérir telle une rose fanée

de souffrir à n'en plus finir

sans toi, le coucher de soleil n'est plus le même

sans toi, mon art devient dérisoire

J'ai n'ai pas les alexandrins qu'il faut

je ne suis qu'un homme fait de mots

un homme avec ses contradictions

je ne peux m'épanouir sans toi

je voudrais t'offrir l'univers

mais je ne dispose que de ma chair

 

J'ai épousé les formes de la solitude

j'ai tutoyé le silence des dunes

Mais sache que tu sera toujours ma plénitude

Celle qui me fait voyager sur Neptune

 

mon âme servie dans un ruisseau de larmes

mon cœur est tiraillé

Je ne suis plus de ce monde

toi ma Joconde

ma plus belle œuvre

mon plus beau tableau

tu m'inspires tant de choses

ma prose guidée par ta présence

ma prose aiguisée par tes silences

et cette absence qui me prend jusqu'au tripes

Et ton sourire qui raviverait un sbire

je ne suis rien

je suis un étrange refrain

je suis ton destin

juste un type qui a faim

dans ce monde ou le doute me hante

tu es ma seule certitude

dans un monde fait de vicissitude

tu es l'apogée de ma plume

je ne suis qu'un homme malade

tu me rends parfois affable

Le soir avant de me laisser emporter par Morphée

je contemple la voie lactée de tes yeux

je sens le feu dans ta prunelle

toi l'hirondelle

je sens le désarroi

lorsque je ne suis pas là

parfois je t'ai fait souffrir

j'ai mis du temps a réaliser ce que le mot fiancé voulait dire

dorénavant tu ne seras plus jamais seule le soir

je serais le phare de tes nuits

pour toi je tournerais le dos à mon ancienne vie

Je ne danserais plus jamais sans toi

je serais l'homme qui te montre la voie

dans la grotte de mon âme

résonne encore mes larmes

 

J'ai épousé les formes de la solitude

j'ai tutoyé le silence des dunes

Mais sache que tu sera toujours ma plénitude

Celle qui me fait voyager sur Neptune

 

Des fois je me surprends a être normal

pourtant Dieu sait que je suis malade

pour toi je transcenderais mon âme

je serais la flamme immortelle d'une fusion passionnelle

je serais cet homme rassurant lorsque la tempête menacera

Ô Claire je ne peux me satisfaire de la matière de mes vers

je voudrais décrocher la lune

mais je ne dispose que d'une modeste plume

elle me fait voyager de planète en planète

le squelette de mon propos

l'architecture de mes mots

c'est d'aller toujours plus haut

pour ce faire j'ai besoin de toi

tu es celle qui érige ma foi

celle qui me fait croire en un monde meilleur

celle qui me permet de vaincre mes peurs

D'accepter mes erreurs

le mystère plane sur mon écriture

j'erre dans la mélodie de l'infinie

je me tapis dans la nuit

mais sache que tu seras toujours ma plus belle poésie...

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :